Blog

Stupéfiant au volant : quelle sanction encourue et comment faire ?

Vous avez commis une infraction de stupéfiant au volant et vous vous demandez non seulement ce que vous risquez mais aussi comment faire pour que la sanction liée à cette infraction soit la moins lourde que possible ? Nous allons vous en dire un peu plus à ce sujet dans cet article et voir notamment qu’avec un avocat maîtrisant le droit routier, des solutions existent pour vous défendre efficacement dans ce genre de situations tout à fait particulières de conduite sous stupéfiants.

Quelle sanction encourue pour un cas de stupéfiant au volant ?

Stupéfiant au volant Tout d’abord, il faut savoir que les cas de conduite sous stupéfiants sont assez clairement définis et qu’il existe beaucoup de fausses informations qui circulent à leur sujet. Si dans cet article nous allons aller à l’essentiel, il y a beaucoup de choses à savoir sur le sujet et sachez que vous pouvez retrouver toutes les informations utiles concernant la conduite sous stupéfiants sur cette page. Un cas de stupéfiant au volant, comme l’y indique maître Antoine Régley, est notamment différent d’un cas d’alcool au volant et n’est pas soumis aux mêmes règles contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent à tort. Par exemple, il suffit que les tests salivaires ou sanguins révèlent une présence de stupéfiants au moment de la conduite et non pas l’un et l’autre comme dans les cas de conduite sous l’empire d’état alcoolique.

Les conséquences pour avoir conduit sous stupéfiant sont aussi diverses qu’importantes : perte de points, confiscation du véhicule, suspension du Tribunal et cela peut aussi entraîner l’annulation du permis de conduire. En effet, il faut savoir en matière de sanction que même si vous avez tous vos points, la conduite sous stupéfiant la première fois peut être sanctionnée d’une annulation du permis de conduire.

La confiscation du véhicule aussi est possible dans le cadre des premières fois. Vous pouvez vous référer à la page que nous avons mentionnée plus haut pour bénéficier d’un inventaire bien plus complet mais comme vous pouvez le constater aisément, quelles que soient la forme qu’elles peuvent prendre, les sanctions encourues sont importantes pour les infractions de stupéfiant au volant.

Comment se défendre dans un cas de stupéfiant au volant ?

Malgré tout ce que nous venons d’évoquer, il faut savoir que si vous vous retrouvez dans une situation de stupéfiant au volant, tout comme pour l’alcool là en revanche, il existe des solutions pour pouvoir éviter les sanctions les plus lourdes et espérer pouvoir continuer à conduire.

Vous vous demandez peut-être en lisant ceci comme c’est possible ? Comme nous l’avons précisé plus haut, le droit routier en matière de stupéfiant au volant est relativement précis et les procédures qui sont ou seraient menées à votre encontre doivent respecter un certain cadre pour être valables. C’est là qu’interviennent les avocats en droit routier qui peuvent vous défendre dans des situations de ce type et parfois invalider ce qui vous est intenté du fait d’un vice de procédure.

Et s’il y en a, alors les espoirs sont véritablement permis. Conséquence, si vous vous retrouvez dans une situation de ce type, prenez contact avec un avocat en droit routier pour lui exposer votre dossier et voir s’il peut vous venir en aide et si oui comment.