L'empire judéo-wasps veut garder le bloc européen sous sa coupe

La résistance populaire se fait de plus en plus grande contre les mesures installées par la commission européenne adossée au FMI pour contraindre les peuples européens à payer leur dette! La victoire de Syriza en Gréce, la poussée de Podemos en Espagne dans les deux pays les plus touchés pour l’instant, peut faire craindre à une dislocation de l’Union Européenne ce qui serait un grave coup dur porté à l’empire judéo-wasps.

La montée des populismes en Europe
La montée des populismes en Europe est contrôlée par l’empire

L’UE est la pierre de voute de l’empire judéo-wasps

sans elle il s’écroule. C’est le pont entre les USA et Israël. C’est d’ailleurs pourquoi les élites de la commission européenne n’hésitent pas à dire que l’Europe sans les juifs ne serait plus l’Europe et Manuel Valls de surenchérir en disant que la France pouvait se permettre de perdre 100 000 chrétiens mais pas 100 000 juifs! Incroyable mais vrai. C’est comme si toute l’histoire européenne avec sa vague d’expulsion des juifs dans tous les pays étaient oubliée.

Expulsion des juifs enj Europe
Expulsion des juifs en Europe

 

Cette carte montre bien que dans le même temps que la christianisme devenait la religion de l’Europe les juifs étaient l’ennemi. Normal car les juifs conchient le Christ qui est notre emblème divin. D’ailleurs les juifs revendiquent très clairement leur refus de s’assimiler à des peuples païens, barbares et sauvages comme nous. Dans leur Torah puis dans le Talmud il est très précisément écrit qu’ils sont seuls le peuple élu de leur Dieu guerrier (assoiffé  de sang des premiers-nés…qui est le barbare?) et refusent toute assimilation, tout mélange avec d’autres peuples.
La civilisation européenne s’est donc construite sans les juifs et la civilisation judéo-chrétienne n’existait pas alors pourquoi cette élite globaliste nous martèle le cerveau à coup de civilisation judéo-chrétienne et patati et patata? Parce que pour eux l’histoire moderne commence en 1789. Avant c’était l’obscurantisme. Aujourd’hui comme chacun peut le constater nous vivons dans la lumière…Une lumière occulte, qui vénère un Dieu: Jéhovah, Yahvé ou Satan ou Lucifer peu importe le nom. Un Dieu qui leur promet la domination éternelle sur les peuples du monde et ils y croient vraiment ces cons.

L’empire judéo-wasps au taquet!

Goldman sachs contrôle la BCE via Draghi qui fait la même politique que la FED!
Goldman sachs contrôle la BCE via Draghi qui fait la même politique que la FED!

Ils y croient parce qu’ils y sont presque! Ils ont verrouillée la première puissance militaire du monde ( les USA pardi), ont embrigadé dans leur projet les autres grandes puissances occidentales plus le Japon, et sont prêts à entrer dans un conflit global contre les deux pays qui peuvent leur poser problème: la Russie et la Chine. La Russie par sa puissance technologique et par ses richesses, la Chine par la puissance de sa population même si elle est en déclin.
L’empire judéo-wasps entend donc profiter de cette fenêtre de l’histoire qui leur donne la supériorité matérielle pour éradiquer leur deux obstacles principaux à la domination globale.

Leur seul (petit) problème c’est qu’ils ont bien corrompu toutes les élites de ces pays soumis, mais ont plus de mal avec les peuples qui n’acceptent pas facilement de se soumettre aux futures lois de cet empire qu’elles soient économiques, religieuses ou même philosophiques. Car si les élites véhiculent la vision mondialiste libérale-libertaire comme étant la panacée, les peuples, eux, veulent encore croire à la vraie démocratie et donc à leur souveraineté! Car oui voyez-vous on est bête et méchant mais on aimerait bien avoir encore prise sur des décisions qui NOUS concernent au premier chef! Alors certes la propagande mondialiste est intense et impitoyable mais il n’empêche que dans certains pays la résistance est active.

 

Les peuples d’Europe voteraient national-socialisme!

C’est le cas de la Gréce qui voit son peuple s’en remettre à une rassemblement politique radical teinté de souverainisme qu’est Syriza. Un maelstrom politique tout simple qui veut dire finalement national-socialisme non? C’est bizarrement l’aspiration philosophique profond à laquelle aspire tous les peuples de l’Europe fiers de leurs racines et qui ne veulent pas disparaître de l’histoire. Or le passé nous enseigne très bien que le national-socialisme est l’ennemi fondamental du capitalisme-libéral judéo-wasps. L’un repose sur la nation, sur le peuple, son identité, sa culture; l’autre repose sur un empire dominant imposant une culture, une civilisation, un peuple..Podemos en Espagne est peu ou prou dans cette même mouvance. En France nous n’avons aucun parti de cette sorte car nous sommes dans un pays dominé par les judéo-wasps. Nous sommes un pays soumis car fondamental à l’empire judéo-wasps. Nous servons d’exemple au monde en montrant bien que malgré le patriotisme franchouillard de la 3ème puissance militaire du monde (enfin ex) nous sommes entièrement soumis au desiderata de l’empire judéo-wasps.

Pourtant Syriza dès son arrivée au pouvoir a fait allégeance à la Russie comme étant son allié naturel et disant clairement voter contre le blocus anti-russe mis en place par l’Europe. Mais rappelez vous bien que la Russie n’est plus communiste mais bien national-socialiste depuis l’arrivée de Poutine au pouvoir. La Russie défend l’intérêt de son peuple d’abord et résiste tant bien que mal à la propagande occidentale libérale-libertaire. Pourquoi la Russie est le nouvel ennemi direct des USA? Parce qu’elle incarne à nouveau la puissance de l’indépendance, de l’autonomie politique face à l’omnipotence de l’empire. C’est pourquoi cette Russie peut faire rêver de nouveau des peuples harassés par cette domination judéo-wasps qui les vident de leur sang.

L’empire ne veut pas de la dislocation du bloc UE

L'empire n'est pas démocratique mais tyrannique
L’empire n’est pas démocratique mais tyrannique

La réponse d’Obama à cette première sortie d’importance de Syriza est pourtant très modérée et va même dans son sens économique en demandant un peu plus de mesure dans l’application stricte du règlement de la dette pour les peuples. L’empire a bien compris qu’il était temps de relâcher un peu la bride sur les peuples car ceux-ci étaient en train de monter en puissance et risquaient de se retrouve très vite au bord de l’explosion ce que redoute par-dessus tout l’empire! C’est bien pourquoi aussi Syriza a peine élu à pris la peine de réaffirmer qu’il n’entendait nullement sortir de l’UE et de l’euro. Pas folle la guêpe. Il n’empêche que dans le même temps il a publié une lettre ouverte au peuple allemand où il demande simplement la fin de la dette sans fin pour que le peuple grec puisse respirer:

Notre objectif est la mise en place d’ un New Deal pour l’ensemble de la zone euro qui permettra aux grecs comme à l’ensemble des peuples européens de respirer, de créer, de vivre avec dignité. Avec une dette publique socialement viable. Avec une croissance qui est stimulée par des investissements publics financés – seul moyen de sortir de la crise – et non pas par la recette échouée de l’austérité qui ne fait que recycler la récession. En renforçant la cohésion sociale, la Solidarité et la Démocratie.

 

Ce qu’il prêche c’est le retour à la souveraineté des peuples même si lui le veut par l’intermédiaire des instances européennes en bon gauchiste internationaliste qu’il est. Mais s’il a été élu c’est que dans l’esprit du peuple grec il fallait mettre un terme à la domination européenne via la troïka ( UE, FMI, BCE) et un retour à une politique locale, qui investisse localement pour les locaux et non aille financer la finance juive comme les autres. Mais le peuple n’aura pas entière satisfaction puisque l’élite politique médiatisée restera internationaliste et mondialiste donc vouée à l’empire.

Il est très intéressant de noter l’analyse du parti grec communiste sur Syriza qui représente selon lui à « la réserve de gauche au capitalisme » ,ce en quoi il  a parfaitement raison, mais il lui reproche d’avoir trompé le peuple en ayant fait l’apologie de la souveraineté du peuple tout en donnant des gages à l’empire qu’il ne le désintégrera pas.  Alors que le parti communiste appelle lui à sortir de l’UE donc à la souveraineté nationale tout en restant dans l’internationale ouvrier (!), et que l’Aube dorée le véritable parti national-socialiste grec met en avant sa xénophobie pour prospérer. On le voit donc la souveraineté nationale des peuples est le véritable enjeu politique des forces populistes mais elle sera toujours politiquement étouffée car préemptée par la valeur primitive essentielle: l’appartenance à l’empire; sinon il n’y a aucune possibilité de percer médiatiquement dans le débat à la manière d’un Asselineau en France avec l’UPR. Et comme le montre très bien le NY times en 2013 (!) l’outil de propagande judéo-wasps s’il en est: Seule Syriza peut sauver la Gréce. Et ils insistent bien sur tout ce que je viens de vous dire en amont sur la nécessité impériale de garder l’Europe unifiée:

Indeed, right now, Syriza may be Europe’s best hope. Greeks neither want to leave the euro nor see the euro zone disintegrate, an eventuality likely to bring down the European Union. They also know that Europe’s approach to the crisis, involving increasingly harsh austerity and larger loans, has failed miserably.( Traduction Google: En effet, en ce moment, Syriza pourrait être le meilleur espoir de l’Europe. Grecs ne veulent ni de quitter l’euro, ni voir le désintégrer de la zone euro, une éventualité susceptible de faire tomber l’Union européenne. Ils savent aussi que l’approche de l’Europe à la crise, l’austérité impliquant de plus en plus dures et des prêts plus importants, a lamentablement échoué.)

Et ils concluent comme ceci:

Syriza plans to fight both rising hunger and a xenophobic neo-Nazi party, Golden Dawn, with school lunches and food stamps. A Syriza government would seek these reforms and the salvation of the European project. And this can be only a good thing for the United States. (traduction google: Syriza prévoit de combattre à la fois la hausse de la faim et un parti néo-nazi xénophobe, Aube dorée, avec des repas scolaires et des coupons alimentaires. Un gouvernement Syriza chercherait ces réformes et le salut du projet européen. Et cela ne peut être qu’une bonne chose pour les États-Unis. )

C’est parfaitement clair non? Votre salut ne passera par la politique que ce soit bien clair. Un mouvement citoyen peut-être mais il sera sûrement contrôlé par des leaders formés par la fondation Rockefeller pour vous faire dévier de vos vrais objectifs qui peut-être l’établissement d’une politique national-socialiste véritable, c’est-à-dire une politique défendant les intérêts du peuple d’abord, sans la xénophobie et le racisme. Même si comme pour tout l’excès d’immigration  est l’ennemi du bien. On peut ensuite être focalisé sur l’intérêt de son peuple sans chercher à détruire les autres. On peut même construire un vrai et fort projet européen des peuples unifiés sur des critères de coopération partagée et ciblée. On pourra ensuite se rendre en Suéde ( et ailleurs en Europe) avec joie puisqu’on y verrait la véritable culture suédoise, la richesse de son histoire et non la période historique de soumission au globalisme mondialiste comme c’est le cas actuellement.
Le nouveau national-socialisme à l’européenne serait la reconnaissance de la diversité culturelle et civilisationnelle des nations contre le multiculturalisme métissé imposé par l’empire judéo-wasps. Et finalement en ce sens cette aspiration se reconnait dans cette nouvelle Russie de Poutine même si au bout du bout on se rendrait compte que finalement…tous pourris!

En fin de compte on comprend que les aspirations des peuples ne seront jamais relayées politiquement car nous sommes sous complète domination judéo-wasps. L’UE a même son parlement juif qui veille à défendre ses intérêts. Un parlement juif créé par des juifs ukrainiens que l’on retrouve aujourd’hui en première ligne contre la Russie. Tout est lié. L’empire judéo-wasps fait la guerre contre la dernière puissance militaire qui lui résiste encore, si la Russie tombe c’en est véritablement fini de l’aspiration à la liberté des peuples qui passe invariablement par la reconnaissance de leur souveraineté n’est-ce pas?

 

Note: En Allemagne, à la TV, on peut encore apercevoir quelques îlots de résistance comme ce reportage TV sur le malheur du peuple ukrainien causé par sa propre armée et non par la Russie.

13 pensées sur “L'empire judéo-wasps veut garder le bloc européen sous sa coupe

  • 03/02/2015 à 16:51
    Permalink

    « C’est le cas de la Gréce qui voit son peuple s’en remettre à une rassemblement politique radical teinté de souverainisme qu’est Syriza. Un maelstrom politique tout simple qui veut dire finalement national-socialisme non? »

    Syriza un rassemble-ment politique radical teinté de souverainisme ?
    Et qui voudrait dire « national socialisme » ?

    Non, franchement pas. Au mieux Syriza n’a que la posture de ta description. Dans le fond, ce sont des politicards opportunistes qui collaboreront avec le système.

    Syriza qui a fait l’annonce que la Grèce ne rembourserait pas : c’est du cinéma!
    Car ce qu’ils ne veulent pas rembourser sont les emprunts que des pays de l’UE ont contractés auprès de banques afin de pouvoir prêter cet argent à la Grèce *.

    * Oui, il faut se souvenir que la note de la Grèce alors au bord de la banqueroute était telle (taux d’intérêts très très élevés) qu’il était littéralement impossible à la Grèce d’emprunter, ce pourquoi des pays de l’UE (eux mêmes surendettés mais doté d’une « note » acceptable) ont empruntés afin de pouvoir prêter à la Grèce à des taux acceptables malgré sa note désastreuse évaluée par les agences de notation.

    Donc, reprenons : La Grèce ne sait plus rembourser les créanciers bancaires de ses dettes antérieures.
    Des pays de l’UE, eux même surendettés auprès de créanciers bancaires, ont empruntés à ces mêmes créanciers bancaires afin de prêter cet argent à la Grèce, dans le but que la Grèce puisse rembourser ses dettes antérieures à ses des créanciers bancaires, auprès desquels des pays de l’UE sont surendettés et viennent d’empruntés pour la Grèce…

    Donc si Syriza refuse de rembourser ces créances récentes, se sera la France et l’Allemagne qui ne seront pas remboursés et devront se démerder pour rembourser ce qu’ils ont empruntés aux banques pour la Grèce!!!

    Qui sort gagnant-gagnant-gagnant de cette histoire si Syriza fait ce qu’il dit, ne pas rembourser? Les banques et seulement les banques!

    Évidemment dans les médias, on relaye cette annonce de Syriza de ne pas rembourser, qui dit comme ça semble très rebelle, semble agir pour le Peuple, etc.
    Ce n’est que de la tromperie!

    Syriza est justement à l’opposé du parti Aube Dorée, véritablement nationaliste et qui projetait de faire dans le fond ce que Syriza ne fait que dans la forme!

    Aube Dorée ne cessait de monter et gagner des voix. Jusqu’à ce que le Congrès Juif Mondial ordonne la chute d’Aube Dorée :

    À la suite de ces déclarations au Congrès Juif Mondial, y’a eu un attentat en Grèce, un gaucho s’est fait flinguer dans la rue, selon les médias par un militant d’Aube Dorée… Campagne médiatique de diabolisation, prétexte à des perquisitions partout chez Aube Dorée et les têtes du parti se sont retrouvés en taule pour des accusations très floues…

    Donc Syriza, c’est le parti du système qui remplace Aube Dorée mis au ban par le pouvoir juif (quand le pouvoir juif vous met au ban c’est que vous êtes dangereux pour eux, réellement. Eux : c’est le système esclavagiste financier!). C’est une grosse arnaque!

    Si les peuples étaient libres, je crois qu’ils finiraient par voter NS (être un peuple libre implique une presse libre donc des mensonges historiques n’auraient plus lieu d’être…), je suis d’accord avec toi.

    Seulement les Peuples ne sont pas libres et certainement pas le peuple grec, sinon ce serait Aube Dorée à la place de Syriza dont les prétendues mesures « rebelles » ne sont qu’une caricature de ce que se proposait de faire Aube Dorée!

    Syriza n’a absolument rien à voir avec un quelconque nationalisme fût-il socialiste.
    Ils ne sont là que pour tenir une posture révolutionnaire dans la forme qui permet dans le fond de toujours renflouer les banques…

    Le renflouement en soi (les sommes dû) n’est pas si important pour les banques, ce qui est important c’est l’action de renflouer car tant qu’un pays renfloue ses créanciers : il est à leur merci et cela rapporte 100 x plus que le montant même, à proprement parler, de la dette.

    Les banques ne s’effondreraient pas si un pays ne remboursait pas ses dettes. Les montants dû par un pays ne suffiraient pas à déstabiliser les banques.

    En revanche, l’idée qu’on puisse ne pas les rembourser (voir le monde sans eux donc) est le plus grand de tous les dangers pour eux car si un pays pouvait décider de ne pas rembourser, ce n’est pas la somme des montants dû qui mettrait en danger les banques, mais bien le fait que si un seul pays pouvait – réellement – prendre une telle décision, d’autres le pourraient également.

    Une preuve? Un pays a décidé de sortir – réellement – de ce système, et en est sorti.
    C’était l’Allemagne nazi de Hitler et ce dernier et son parti font partie du top 3 de ceux qui ont été le plus diabolisé dans l’Histoire connue!

    Et le peuple allemand a subi des bombardements quasi permanent de la plupart de ses villes habitées par des vieillards, des femmes et des enfants.

    Un peuple qui a goûté à l’autodétermination réelle est indomptable ensuite.
    C’est pourquoi ils ont tués des millions e civils allemands par ces bombardements lourds dont beaucoup de cibles civiles n’avaient strictement aucun aspect militaire.

    ————————

    Je ne sais pas si tu connais un blog du nom de : échelledejacob ?

    Sur ce blog là, le mec arrête pas de prétendre – grosso modo – que tout ce qui est « méchant » aujourd’hui sont des nazis cachés…

    Le gars va même (à répétition) jusqu’à parler constamment du Gouvernement Hollande en terme de national socialisme (SIC, SIC, RE-SIC), et le mec justifie ça comme ça (à mourir de rire!) : Le Gouvernement français de gauche est socialiste et c’est le Gouvernement d’une Nation (la France), la conclusion du monsieur : la France de Hollande et de Valls est « national socialiste » !!!!!!

    Franchement, faut le faire, non?
    Quelle ignorance crasseuse de ce qu’était le national socialisme et l’Histoire!

    C’est le genre d’abruti qui n’a jamais rien lu de sérieux sur le sujet, et qui nage dans son délire antisioniste de gaucho. Le genre qui a vu sur des blogs antisionistes que des livres font la thèse du prétendu financement du NS par la finance apatride et s’invente des conclusions sur tout ce qu’il ne sait pas. (au mieux! Au pire c’est un crypto juif)

    Voilà pourquoi, notamment, ces blogs sont dangereux pour le quidam car ces abrutis d’antisionistes affirment leurs conclusions imaginaires comme s’ils étaient parfaitement renseignés, par eux mêmes, sur ces sujets. Le quidam, lui, n’est pas armé pour mesurer ces salades et risque donc de se faire avoir.

    Répondre
    • 03/02/2015 à 16:58
      Permalink

      J’adhère à ton commentaire! Et oui comme je le dis Syriza abuse de l’aspiration des peuples au national-socialisme pour mieux l’empêcher!

      Répondre
      • 03/02/2015 à 17:50
        Permalink

        Je pense que nos opinions sont +- proche sur la globalité de la situation et la source de cette situation.

        Après ya des variations dans les détails. Ce qui est intéressant chez toi est que tu ne crains pas d’appeler un chat : chat!

        Les choses peuvent donc être dites et pouvoir dire les choses ça fait avancer les perceptions : c’est le principal et pourquoi j’apprécie et participe à ton blog.

        Répondre
    • 04/02/2015 à 14:33
      Permalink

      Merci pour ce commentaire instructif OuiEtNon.

      Je me demande comment les états on pût laisser s’installer le cancer des agences de notations, je me souvient qu’un beau jour, il y a eut de plus de plus de mentions des notes gracieusement accordées par les trois « major » du secteur (S&P, Fitch et Moody).

      Qui leur à donner un tel crédit ?

      Surtout que ces avis INDICATIFs et sans engagement, sont payés une fortune alors qu’ils provoquent leurs propres prévisions par une grossière manipulation des financiers (il suffit de noter défavorablement un pays, d’ESTIMER un baisse de croissance ou pire une crise, et hop, magie, la machine s’emballe et c’est l’effondrement presque irréversible: mauvaise note => taux d’intérêts en hausse => difficulté à rembourser la dette => mauvaise note => … , pour simplifier.)

      Pour ce qui est du refus de rembourser, à t’on des nouvelles de l’Argentine à ce sujet ? Je n’ai pas trop suivi la suite mais ce cas pourrait-être intéressant.

      Quant aux politiques, faut pas oublier que c’est le seul métier par lequel les médiocres peuvent faire carrière (exemple trivial: « notre » président).
      Et les peuples sont trop stupides, il suffit de leur vendre du rêve et ils votent (ou sont censé avoir voté, cf élection de Bush Jr.) pour le ou la candidat(e) qui promettra le plus, même si c’est très ouvertement faux.

      Répondre
      • 04/02/2015 à 18:24
        Permalink

        De rien 🙂

        « Je me demande comment les états on pût laisser s’installer le cancer des agences de notations, je me souvient qu’un beau jour, il y a eut de plus de plus de mentions des notes gracieusement accordées par les trois « major » du secteur (S&P, Fitch et Moody).

        Qui leur à donner un tel crédit ? »
        Les États dépendent des tenants de Wall Street, la City of London, et bien entendu la FED privé et elle-même administré par quelques grosses banques.

        Les États n’ont pas grand chose à dire car les agences de notation, elles aussi privés, sont tout simplement des succursales des grandes banques qui administrent la FED.

        Le coût du financement pour un pays dépend de ladite note, promulguée par ces agences de notation, ce coût est le taux d’intérêt qui sera appliqué au pays noté. Taux d’intérêt sur les montants « prêtés » par les… grandes banques.

        Bien sûr c’est un résumé, dans la réalité c’est plus compliqué, ce ne sont pas forcément ces banques qui prêtent directement aux nations… Il y a souvent des intermédiaires, comme c’est le cas pour la Grèce dont la France et l’Allemagne sont détenteurs d’un grosse part de la dette grecque.

        Il y a aussi le fait qu’une dette peut, après avoir été contractée, être achetée et vendue sur les marchés financiers.

        Dans tous ça, les… États : Les États se sont les pigeons de cette foire aux pigeons et dans une foire aux pigeons, le pigeon n’a juste rien à dire.
        Bien sûr il faut ici entendre par « État » les Peuples représentés par les États et par les corps constitués que sont les Gouvernements des États : Ce sont bel et bien les Peuples qui payent perpétuellement (par un tas de truchement dont les taxes ne sont que la pointe visible de l’iceberg, y’a l’austérité, y’a l’inflation surtout, pire encore y’a l’imposition stricte du pétrole car c’est la dépendance factice généralisée au pétrole qui permet de vendre en masse et en permanence du dollar (pour ça que le pétrole ne se vend que contre des dollar et que les pays producteurs de pétrole qui ont osé vendre leur pétrole contre de l’or ou même des euros ont été ravagés : Irak – Lybie avec une particularité commune : celle que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi ont été massacré personnellement et… publiquement, le 1er traîné dans la boue et pendu et le second lynché publiquement de la pire des façons, tout ça filmé et a fait le tour du monde)

        Pour en revenir à Syriza et son chef Tsipras : Tsipras, chef de la pseudo-gauche grecque, passe un entretien d’embauche devant le ministère des Affaires étrangères américain et le FMI (et ça vient d’un site de gauche… c’est dire!)

        Obama et la banque Lazard appuient Tsipras dans son désir de ne pas rembourser Paris et Berlin

        « Quant aux politiques, faut pas oublier que c’est le seul métier par lequel les médiocres peuvent faire carrière (exemple trivial: « notre » président). »
        Ils sont subversifs et formés pour l’être.

        ++

        Répondre
  • 03/02/2015 à 16:53
    Permalink

    Dommage, on arrive pas lire correctement votre texte avec ce fond en couleur.

    Répondre
      • 03/02/2015 à 17:05
        Permalink

        Merci de prendre en compte ma réflexion. J’aime vos écrits. Ils sont très instructifs et plein de bons sens.

        Répondre
  • 04/02/2015 à 10:25
    Permalink

    Le remboursement de la dette est un VRAI problème. Depuis la mondialisation du circuit financier qui soumet les états, le système a alimenté une machine infernale en créant de la dette, élément virtuel de la machine économique fondée sur la croissance : pas de prêt, pas de croissance économique, et pas de croissance économique pas de stabilité sociale.

    AVANT la globalisation, les états pouvaient combattre l’endettement par l’inflation (situation de la France et de l’Allemagne après la GM2). Ce n’est plus possible car ils n’ont plus la maîtrise de leur économie. La solution qui s’offre donc est un processus interne d’équilibre par épongement, les plus riches épongent la dette des plus pauvres (situation de l’Italie épongeant les dettes du Sud par les profits du Nord).

    Pour que ce schéma fonctionne avec la Grèce, puis le Portugal, il faut donc que l’Europe soit UNE, et que les riches allemands (puisque les anglais sont hors zone euro) acceptent d’éponger la dette grecque, puis portugaise … APRES avoir épongé leur dette interne est-ouest.

    Sont-ils prêts à cette action solidaire contre leur nature nationale-socialiste ?

    Nous verrons bientôt si cette attitude est la bonne réponse … ou s’il ne faut pas simplement arrêter l’emballement de la planche à billet mondiale.

    Répondre
    • 04/02/2015 à 11:29
      Permalink

      Certes mais il ne faut pas trop compter là-dessus vu ce qui se passe aujourd’hui avec l’emballement de la planche à billet justement et le manque de solidarité européenne concernant les dettes puisque chacun défend….ses banques.

      Répondre
      • 05/02/2015 à 15:22
        Permalink

        Certes, mais il ne faut pas oublier cette remarque fondamentale de je ne sais plus quel économiste célèbre (Adam smith ?) :  » toute chose a la valeur que l’acheteur est prêt à la payer » (loi de marché)

        Plus on valorise une chose, plus il faut d’argent pour la payer. Il est donc nécessaire de créer l’argent s’il fait défaut dès lors que la chose ne peut pas valoir moins cher qu’on l’a achetée.

        De nombreux patrimoines sont fondés sur des actifs artistiques (suivez mes regards). Ces actifs sont de plus en plus nombreux et doivent être valorisés de plus en plus pour équilibrer la balance comptable de ces patrimoines (sinon ils seraient en faillite). Malheureusement pour elle, la Grèce a été pillée, comme d’autres pays (l’Egypte ?) par les WASPS. Elle ne peut donc pas profiter de cette valorisation fictive. Un comble ! Elle doit payer pour valoriser l’équilibre de ceux qui l’ont dépouillé ! La France et l’Allemagne, ont garni leurs musées et doivent donc participer à éponger cette dette = juste retour des choses.

        …. Mais qu’en est-il du royaume uni, sa livre sterling et son british museum ? Car, après tout, n’est-ce pas la couronne qui est le plus gros propriétaire foncier du monde (autre valeur d’actif patrimonial).

        Faisons donc payer les usurpateurs de l’actif des autres : les judéo-wasps et leur NOM. Que les peuples spoliés reprennent ce qui leur appartient.

        Répondre

Exprimez-vous!...a vos risques et périls

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.